Quel type de pose de fenêtre choisir ?

pose de fenêtre

Vous avez besoin de changer une ou plusieurs fenêtres de votre habitation. Il existe plusieurs techniques de pose de fenêtre. Que ce soit pour de la rénovation ou de la construction neuve, vous devez au préalable décider laquelle choisir. Elles sont au nombre de quatre et confèrent chacune un aspect différent à votre façade.

Conseil n°1 : La pose de fenêtre en rénovation partielle.

Si vous engagez une rénovation, il se peut que le cadre fixe de votre fenêtre (le dormant) soit en bon état et suffisamment isolant. Dans ce cas, seul l’ouvrant s’enlève. La pose de la nouvelle menuiserie peut se faire sur le cadre existant. C’est rapide et n’engendre aucune modification de votre décoration intérieure. Il n’y a pas de travaux de maçonnerie ni de peinture. Par contre, si votre dormant n’est pas en parfait état, il vaut mieux opter pour une dépose totale. Les frais engagés sont plus lourds, mais ils seront vite compensés par des économies d’énergie. De plus, il faut savoir qu’en recouvrant le dormant, la surface vitrée est réduite. Par conséquent, moins de lumière entre dans votre pièce.

Conseil n°2 : Envisager la pose en feuillure.

Cette pose s’utilise souvent dans les maisons anciennes aux murs épais quand le dormant des vieilles fenêtres ne peut pas être conservé. La nouvelle menuiserie vient s’encastrer dans le mur à la place de l’ancienne au fond de la feuillure. Cette dernière est une entaille réalisée dans l’épaisseur du bâti. La fenêtre est de ce fait nécessairement fabriquée sur mesure, car elle doit épouser la dimension de l’ouverture et de la feuillure existante.

Cette technique est compatible avec une isolation intérieure ou extérieure et permet une finition parfaite. Par contre, elle exige des travaux de maçonnerie s’il faut agrandir la feuillure existante. Ceci peut être le cas si vous désirez installer des volets roulants par exemple.

Conseil n°3 : Comprendre la pose en applique.

La menuiserie de la fenêtre se fixe sur la paroi intérieure de votre maison tout autour de la baie. Ce mode de pose s’adopte en prévision ou en présence d’un doublage isolant intérieur. Elle ne peut se faire sans. Si l’épaisseur de ce dernier dépasse celle du dormant, on ajoute un habillage supplémentaire au ras du cadre (la « tapée).

Cette technique s’utilise particulièrement pour les constructions neuves. En rénovation, elle est plus rare, car elle implique d’avoir la maçonnerie mise à nu et d’anticiper une isolation intérieure. Ses avantages sont d’offrir un parfait alignement de la menuiserie et de l’isolation sur le côté intérieur de votre habitation et une surface de vitrage maximum. Par contre, elle peut avec le temps poser des problèmes d’étanchéité. Si votre mur est en brique, la surface est irrégulière et vous aurez peut-être à redresser le tunnel ou ajouter un joint silicone.

Conseil n°4 : Connaître la pose en tunnel.

Avec la pose en tunnel (ou en tableau), la menuiserie ne s’applique pas sur le mur mais se pose dans son épaisseur, sans être encastrée. C’était la technique la plus répandue avant les années 1920 et elle est devenue la règle dans les nouvelles constructions en bois et en mur de type brique ou béton cellulaire. Elle est simple, n’engendre aucun travaux de maçonnerie et vous pouvez prévoir une isolation intérieure ou extérieure. Cependant, elle implique une petite perte de luminosité.

À noter : si les fenêtres que vous avez choisies ne sont pas identiques aux anciennes et modifient l’aspect de votre façade, vous devez faire une déclaration de travaux auprès de votre mairie.